Principal / L’escrime  / Qu’est-ce que l’escrime?
Qu’est-ce que l’escrime?

L’escrime – c’est un grand univers intéressant. En le découvrant, on comprend qu’il vous absorbe, il n’est plus possible de le quitter, – il vous passionnera toujours.


Il est d’usagede croire que l’escrime est un sport, un art, une science militaire, un moyen d’éducation. En sa qualité de sport, elle se particularise parmi les autres sports par son esthétique, son romantisme etla richesse de son histoire qui date de milliers d’années.

L’escrime – c’est savoir porter des touchesdans des moments bien déterminés d’un combat grâce aux attaques et aux parades en faisant appel à sa réflexion. Le combat d’escrime ressemble beaucoup à un vrai combat: il y a les reconnaissances, les manœuvres de diversions, le camouflage, les actions offensives et défensives.


 
 
 
 
 
Il y a trois types d’armes dans l’escrime sportive contemporaine – le fleuret, l’épée et le sabre. Les différences entre chaque arme concernent les règles de pratique, et la surface valable. Cliquez sur l’image à gauche pour voir les différentes surfaces.
 
 
 
 
 
 
 
L’arme est composée d’une lame d’acier flexible, d’une garde avec un coussinet, d’une poignée et d’un pommeau.

 
 
Le fleuret

La lame de fleuret a une section quadrangulaire en fuseau, la longueur ne dépassant pas 90 cm, le diamètre de la garde est de 9,5 à 12 cm. La longueur d’un fleuret monté ne dépasse pas 110 cm et le poids- 500 gr.

Le fleuret – c’est une arme de pointe. À la différence des autres types d’armes, la surface à toucher d’un fleurettiste est la plus petite- le tronc. Dans les règles de l’escrime au fleuret, il existe une priorité. Pour porter une touche il est nécessaire d’avoir la priorité. Par exemple, le fleurettiste a la priorité de l’attaque. L’adversaire doit d’abord prendre la parade et c’est après qu’il aura la priorité pour porter la riposte à son adversaire. Si les attaques sont simultanées, les touches ne sont pas prises en considération.

L'épée
L’épée est aussi une arme de pointe. La lame d’une épée est plus massive que celle d’un fleuret, sa section est triangulaire. La longueur générale de l’épée ne dépasse pas 110 cm et le poids – 770 gr. Le diamètre de la garde est de 13,5cm.

Les épéistes ont la surface à toucher la plus grande: pratiquement tout le corps à partir de la tête jusqu’au pied– le torse, les bras, les jambes, la
tête. Dans le combat à l’épée, il n’existe pas de priorité, c’est-à-dire que toutes les touches même simultanées de deux adversaires sont comptabilisées.
Le sabre

Le sabre a une lame d’une section triangulaire, dont la longueur ne dépasse pas 88 cm. La longueur maximale d'un sabre est de 105cm, le poids –500gr maximum.

Dans un combat d’escrime au sabre, il est permis de porter les touches aussi bien avec la pointe qu’avec le tranchant de l’arme. La surface valable comprend la tête, les bras et le torse jusqu’à la taille. Au sabre comme au fleuret, le facteur décisif d’une touche est la priorité.

Dans l’escrime moderne, on utilise un équipement électrique pour matérialiser les touches. Au moment d’une touche une lampe s’allume du côté de celui qui l’a porté. Au fleuret et au sabre ne sont valables que les touches portées sur la surface valable. Les touches valables sont indiquées par les lampes de couleur (rouge ou verte) et celles qui ne sont pas valables par une lampe blanche. Quand une lampe de couleur et une lampe blanche s’allument simultanément, cela signifie que d’abord il y avait une touche qui n’était pas valable et, dans ce cas, la touche valable n’est pas prise en considération. À l’épée il n’y a que les lampes de couleur qui s’allument. Étant donné que toutes les touches sont valables, chaque touche est comptabilisée. Quand les lampes s’allument simultanément de deux côtés, une touche est attribuée à chacun des sportifs.
La version pour imprimer