Principal / L’ information de la Fondation / L’ interview / Frantishek Yanda
Frantishek Yanda

Frantishek Yanda (Tchèque) raconte au sujet de l’activité de la Fondation  internationale de bienfaisance «Pour l’avenir de l’escrime»

Au championnat d’Europe d’escrime à Gand qui s'est terminé par la victoire de l’équipe de Russie, laquelle a enlevé 10 médailles (trois d’or, quatre d’argent et trois de bronze), Frantishek Yanda de Tchèque était présent comme arbitre. Cependent il n’a  jamais oublié qu’il est le représantant de la Fondation à Prague et le membre du conseil d’administration de la Fondation. Il a rencontré beaucoup de représentants des fédérations d’escrime des différents pays , des sportifs et entraîneurs, et a donné une interview à notre envoyée Tatiana Kolchanova.

Frantishek,  pensez-vous que,  les représentants des fédérations européennes d’escrime connaissent  les activités de la Fondation et comment estiment -ils le bilan du travail de la Fondation pour les années 2006-2007?

  - Je pense, que chaque troisième escrimeur d’Europe connait des activités de la Fondation, parce que beaucoup de personnes parmi eux ont participé aux stages que la Fondation a organisé sur le continent. Ces stages se sont déroulés au centre de l’Europe dans la base sportive “Prague-Letniany”, qui était équipée par les moyens de la Fondation. Les participants donc savent bien grace à quel moyen ils peuvent venir à Prague pour prendre part au stage. Pour le stage on invite une équipe forte et 11-12 équipes de pays où l’escrime n’a pas encore les traditions anciennes, pour avoir l’occasion de s’entraîner ensemble. Ces stages sont très populaires en Europe. Les représantants de beaucoup des fédérations d’escrime me posent une question : “Quand  pourrons-nous  venir à Prague pour s’entraîner avec les adversaires forts?” Un stage se déroule pour les hommes et un autre pour les femmes. Tous le monde était content  après avoir fini le stage.

Et quand le même stage se déroulera t-il pour cette année ?

   - Le premier stage aura lieu en octobre pour les juniors  juste avant le championnat d’Europe  juniors, et le deuxième stage se déroulera parmi les adultes, mais il faut encore préciser  les dates.

Est-ce que toutes les fédérations savent, qu’on peut s’adresser à la Fondation pour avoir une aide?

   - Toutes les fédération le savent bien, mais une autre chose si les sportifs et les maîtres d’armes le savent aussi. Mais tout ceux qui obtiennent l’aide de la Fondation parle en bien et respectueusement de cette société et de son fondateur  Alisher Usmanov. Et je pense que l’administration de la Fondation doit réfléchir au sujet de ce qu’il faut dire de son activité pendant les stages et les compétitions et dans ce cas  il n’y a pas nécessité d’être modeste. Je crois que déja au moment de l'organisation du championnat d’Europe à Prague, tous les participants doivent savoir que la Fondation «Pour l’avenir de l’escrime» existe dans le monde.

Que dire concernant l’Europe, quels pays sont les partisans de la Fondation?

-    l’Europe est la législatrice de la mode dans l’escrime. Mais j’avais divisé en 2 groupes les 42 pays qui  composent  la Confédération d’escrime d’Europe. L’un c’est l’élite de l’escrime, dans lequel se trouvent Russie, France, Italie , Allemagne et plusieurs autres pays. Pour eux généralement il n’y a pas  probléme et eux n’ont pas besoin d'aide . Cependant ils sont la minorité. Mais les autres pays, il en existe plus de 30, ils ont beaucoup  de souci et ont besoin de l’aide de la Fondation  internationale de bienfaisance « Pour l’avenir de l’escrime ».

Pour ce Championnat d’Europe à Gand, Alisher Usmanov a décerné un prix en espéces pour les vainqueurs. Comment les sportifs ont traité cette décision de Usmanov?

   - Vous savez bien que remporter le titre de champion d’Europe est considéré comme un honneur, mais obtenir 4 mille euros ,  pour les escrimeurs ce n’est pas toujours inutile . Moi, j’ai entendu des paroles de remerciement à l’adresse d' Usmanov.

Traduction en français par Katerina Pakueva,

Correction par Françoise Leclerc.

La version pour imprimer