Principal / Les vedettes de l’escrime / Aladar Gerevich
Aladar Gerevich

Aladar Gerevich. Saga olympique

Hongrois, né le 16 mars 1910 à Jaszberény.
Son palmarés:
Champion olympique de sabre individuel : 1948
Champion olympique de sabre par équipes : 1932, 1936, 1948, 1952, 1956, 1960
Médaille d’argent de sabre individuel aux J.O. de 1952
Médaille de bronze de sabre individuel aux J.O. de 1936
Champion du monde individuel : 1951, 1955
Champion du monde par équipes : 1937, 1951, 1953, 1954, 1955, 1957, 1958

Aladar Gerevich est une légende de l’escrime hongroise. Il fut un sportif d’exception, il a participé à 6  Jeux olympiques, a remporté 9 médailles olympiques, y compris 7 d’or!
  A cette époque-la les sabreurs Hongrois étaient les meilleurs dans le monde et  ce n’est pas par hasard qu’il a débuté l’escrime. Par la suite l’escrime est devenue  pour Aladar Gerevich une passion principale dans sa vie. Depuis 30 ans il a défendu dignement l’honneur de son pays, et  l’équipe de sabre nationale à gardé sa supériorité jusqu’aux années soixante du XX siècle.
  Aladar Gerevich décroche sa première médaille d’or olympique, à l’âge de 22 ans, en tant que membre de l’équipe hongroise, aux Jeux en 1932 à Los Angeles. A cette olympiade sa future épouse Erna Bogen  remporte une médaille de bronze individuelle au fleuret. Aux Jeux de 1936 à Berlin il  participe au sabre ainsi qu’au fleuret. Au sabre il finit 3e en individuel et remporte de nouveau le titre de champion d’olympique par équipes. Aladar gagne 17 combats des 19 et conduit son pays à la victoire. A l’épreuve au fleuret par équipes  il se classe septième parmi 18 équipes.


     La guerre deuxième mondiale est intervenu dans la carrière sportive d’Aladar comme pour les autres grands sportifs, il fùt obligé à oublier l’escrime temporairement. Mais la guerre terminée, il retourne  sur les pistes d’escrime et participe aux Jeux olympiques de 1948 à Londres. A 38 ans Aladar est en bonne forme. Il n’a pas son pareil dans le monde parmi les sabreurs: deux médailles d’or en individuel et par équipes. De plus il établit un record de 19 victoires contre seulement une défaite.

     En 1951 sur l’invitation de la Fédération d’escrime d’USSR, Gerevich arrive à Moscou avec l’équipe sélectionné de Hongrie pour participer au stage sportif. Qu’il était nécessaire ce stage pour les jeunes sportifs soviétiques, qui n’avaient pas d’expérience internationale des assauts comme les sportifs titrés de Hongrie. Des séminaires méthodiques ont été organisés après chaque entraînement dans la salle sportif “Strauytel”, qui se situe au centre ville sur le boulevard “Tsvetnoy”. Les escrimeurs hongrois faisaient bien partager leur connaissances avec plaisir et Aladar Gerevich était le plus actif de tous.
     Aux Jeux olympique de 1952 à Helsinki les sabreurs hongrois ont affirmé encore une fois qu’ils ce qu’ils seront meilleurs dans le monde, en remportant toute les médailles possibles. En individuels : première place – Pal Kovacs, deuxième place – Aladar Gerevich , troisième place – Tibor Berczelly et l’or par équipes. Gerevich décroche de plus le bronze dans le fleuret par équipes.
En 1960, l’année olympique Aladar Gerevich a 50 ans. Qui de nous n’a pas peur de cet chiffre 50? Beaucoup pensent que c’est une limite car après les problèmes arrivent et tu commences à faire le bilan de ta vie. Gerevich en ce sens est le remède contre les pessimistes. Vous pouvez lire dans tout les ouvrages, que l’escrime est un sport athlétique ce qui oblige les sportifs à faire appel à sa réflexion,  à avoir de la vitesse, de l’endurance et de la force. Gagner les Jeux olympique en escrime au sabre à 50 ans c’est très difficile, presque impossible. Mais lui cela s’est fait! En 1960 à Rome il a remporté sa septième médaille d’or olympique, confirmant par là les mots  de Michel de Montaigne, un certain philosophe français: “L’escrime... est un unique sport d’exercices, où s’exerce l’esprit”.

    

     Aladar ne travaillait pas comme maître d’armes professionnel, mais tout les soirs après son travail il était employé à la salle d’armes. C’est lui qui forma, par ses excellentes leçons, ses deux fils Pal et Dieurde. Les deux fils continuent la tradition sportive de la famille. Pal Gerevich est champion du monde de sabre et il a remporté deux médailles d’argents olympiques. Mais Dieurde Gerevich est un entraîneur réputé, qui a préparé beaucoup d’olympiens.
     Jusqu’à présent à Budapest chaque année se déroule le tournoi international en l’honneur d’Aladar Gerevich, de Pal Kovacs et de Roudolf Karpaty, qui ont remporté ensemble pour leur pays en total  de 19 médailles d’or olympiques.

L’auteur de l’article  et traduction en français de Katerina Pakueva
Correction par Françoise Leclerc.

La version pour imprimer